Skip to main content

Plan wallon Forte chaleur et pics d'ozone

Plan wallon Forte chaleur et pics d'ozone

Un plan national             

Suite à l'été caniculaire de 2003, la Belgique a établi un plan national fixant des seuils pour la température et la concentration d’ozone, au-delà desquels le plan d’actions s’enclenche.

La définition de seuil d’ozone se justifie par le fait que les périodes estivales de forte chaleur s'accompagnent souvent d'un rayonnement solaire intense, d'un vent faible et de précipitations minimes. Des polluants tels que l'ozone s'accumulent alors plus facilement dans l'atmosphère.

La combinaison de la chaleur et de l'ozone a par ailleurs des effets néfastes considérables sur la santé. L'approche de la Belgique, qui tient donc compte de ces deux critères, est unique en Europe. 

Le suivi du plan national est assuré par un groupe de travail « forte chaleur et pics d’ozone ». Des représentants de tous les niveaux de pouvoir (fédéral, régional et provincial) y participent.

Le rôle des Régions et de l’AVIQ

En tant que phase de crise, la phase d'alerte reste une compétence fédérale.  Les autorités régionales soutiennent toutefois la communication fédérale. C’est dans ce cadre que l’AVIQ lance chaque année une campagne de communication « Ozone et forte chaleur : soyons solidaires » pour rappeler à tous les citoyens les bons réflexes en cas de forte chaleur.

Les Régions sont majoritairement responsables de la mise en œuvre de ce plan. Elles sont responsables de la sensibilisation ainsi que de l'envoi des alertes "forte chaleur".

Le Service public de Wallonie (SPW) a mis en place plusieurs systèmes de communication et d’information depuis 2004. En 2015, la Wallonie s’est dotée d’un plan wallon transitoire Forte chaleur et pics d’ozone. Une évaluation portant sur les 10 années de campagne de communication autour du plan « forte chaleur et pics d’ozone » a été menée en 2014.

Trois phases

Le plan wallon « forte chaleur et pics d’ozone » se compose de 3 phases :

  1. une phase de vigilance ;
  2. une phase d’avertissement ;
  3. une phase d’alerte.

La phase de vigilance débute le 15 mai et se termine le 30 septembre. Il ne s’agit pas ici d’un seuil mais d’une période. À partir du 15 mai, les actions du plan se déclenchent systématiquement.

Les phases d’avertissement et d’alerte s’enclenchent lorsqu’un certain nombre de critères sont atteints, parmi lesquels les seuils de température et de concentration d’ozone.

Les détails se trouvent dans le Plan Wallon Forte chaleur et pics d’ozone (téléchargeable ci-dessous). Il reprend notamment les différents troubles, groupes à risques, facteurs aggravants et actions à prendre en cas de forte chaleur.

Vous pouvez consulter les supports de communication et les recommandations en cas de forte chaleur sur la page dédiée à la campagne de communication « Bons réflexes et fortes chaleurs ».

Pour les recommandations liées à la gestion des fortes chaleurs en maisons de repos dans le contexte de l’épidémie de Covid, rendez-vous sur covid.aviq.be.

Une attention particulière doit être accordée aux enfants, aux personnes âgées, aux malades chroniques, aux personnes isolées socialement et aux personnes qui doivent accomplir des efforts intenses en période de forte chaleur.

Vous trouverez ci-dessous vos réflexes santé sous forme de recommandations spécifiques à ces publics selon votre profession ou votre rôle social.

Qui contacter ?

La Direction de l’information et de la communication à l'adresse email communication@aviq.be.

Cette page vous a-t-elle été utile ?