Skip to main content

La surveillance des maladies infectieuses

Image d'illustration La surveillance des maladies infectieuses

En quoi consiste la surveillance des maladies infectieuses ? 

Le dispositif de surveillance des maladies infectieuses en Wallonie permet aux autorités publiques de disposer d’informations sur certaines maladies infectieuses en vue de préserver la santé de la population.

La déclaration de ces maladies infectieuses permet de : 

  • Surveiller et analyser l’évolution spatio-temporelle de ces maladies afin d’identifier les populations affectées, les contextes sociodémographiques impactés ainsi que les facteurs de risque et d’exposition.  Ces données épidémiologiques permettent d’évaluer et d’adapter les actions de prévention et de contrôle des programmes de santé publique au niveau régional et national. 
  • Prévenir l’émergence de maladies infectieuses et lutter contre leurs potentiels épidémiques par la mise en place de campagnes de vaccination (p.ex. grippe et COVID) et de programmes de santé publique tel que la mise en place d’un plan national d’actions pour la lutte contre le VIH, l’hépatite B et C. 
  • Protéger la population par la mise en place de mesures prophylactiques (mesures d’hygiène, vaccination post-exposition, antibioprophylaxie post-exposition) et d’une approche multidisciplinaire (médecin clinicien, pharmacien biologiste, …) autour du patient. Par exemple, la déclaration d’infection invasive à méningocoque, de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) ou de coqueluche entraine la mise en place d’investigations spécifiques comme la recherche de la source de contamination ou l’identification d’autres personnes potentiellement infectées. 

Quels sont les critères de sélection de ces maladies infectieuses ?

Une liste de ces maladies infectieuses est éditée en fonction de la sévérité de la pathologie, de l’absence de moyen thérapeutique, du potentiel épidémique et du risque pour la santé publique. Une distinction est faite entre les maladies à déclaration obligatoire dès suspicion clinique, comme les toxi-infections alimentaires collective (TIAC), la rougeole, la diphtérie ou encore l’infection invasive à méningocoque et les maladies à déclaration obligatoire dès confirmation diagnostique, comme la légionellose, la tuberculose ou encore la coqueluche. 
De même, tout problème infectieux à présentation particulière fait également l’objet d’investigation et est soumis à une analyse par les inspecteurs d’hygiènes régionaux. 
Chaque année, le Gouvernement wallon statue sur la révision et l’éventuelle mise à jour de la liste des maladies à déclaration obligatoire.

Quels sont les acteurs de la déclaration obligatoire ?

Déclarants 

La notification des maladies infectieuses à déclaration obligatoire fait l’objet d’une réglementation spécifique définie par le Code wallon de l’Action sociale et de la Santé (Art. 47). 
Chaque médecin, pharmacien biologiste, ou leur délégué, qui a connaissance d'un cas, localisé sur le territoire de langue française, avéré ou suspect de maladies figurant dans la liste visée, le déclare auprès des inspecteurs d'hygiène régionaux, les médecins et les infirmiers.

Autorités régionales 

Les destinataires des déclarations obligatoires faites par les déclarants sont les inspecteurs d’hygiène régionaux, les médecins ou les infirmiers en charge de réaliser la surveillance de ces maladies au niveau régional. Ils agissent localement afin de prévenir et de réduire les risques de survenue et de diffusion de maladies à déclaration obligatoire ou tout problème infectieux à présentation particulière (p.ex.: la variole du singe)  répondant simultanément à trois critères (un évènement inhabituel ou inattendu, un impact sur la santé publique et un risque de diffusion ou de propagation en-dehors de la Région wallonne).
Les inspecteurs d’hygiène régionaux, les médecins ou les infirmiers jouent un rôle primordial dans la centralisation, la validation et le partage des données épidémiologiques avec les divers partenaires de santé publique. Ils jouent également un rôle indispensable dans la sensibilisation des déclarants aux enjeux de la veille sanitaire au niveau régional.

Partenariats

Dans un processus d’évolution continue, la cellule de surveillance des maladies infectieuses accorde une grande importance aux collaborations qui entrent dans le cadre de ses missions. 

Ces partenariats ciblés (agences gouvernementales nationales et internationales ainsi que les acteurs des secteurs publics, privés et associatifs) permettent de mutualiser les approches, les compétences ainsi que les informations afin de mieux communiquer vers les acteurs du terrain, la communauté médicale et scientifique ainsi que vers la population.

En 2019, une collaboration avec les Outbreak Support Team (OST)  a été créée. Les Outbreak Support Team (OST) sont des centres d’opérationnalisation en médecine préventive dont l’objectif prioritaire est d’assister l’AVIQ dans sa lutte contre les maladies infectieuses en intervenant sur un territoire défini au sein d’une province. 

Vidéo de présentation

 

 

Qui contacter ?

Pour plus d'informations, contactez la Cellule de surveillance des maladies infectieuses par e-mail à l'adresse surveillance.sante@aviq.be.ou par téléphone au 071/33.77.77 du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 16h30.

Cette page vous a-t-elle été utile ?